Un peu de moi

Vendredi 4 septembre 5 04 /09 /Sep 00:01

Les tavillons ou tavaillons (suivant la région ou le pays d'origine) ou bien encore ancelles (dans le Jura), sont des planchettes de bois refendues dans le fil, elles sont employées pour la couverture des toits ou des murs.

L'origine du tavillon semble remonter au XIIIe siècle (Dictionnaire Le Robert) dans le Jura Suisse, quant à son cousin savoyard, le tavaillon, il lui serait postérieur. Cependant, la couverture des toits à l'aide de planchettes de bois, remonte au néolithique.

Leurs dimensions et leurs formes sont variables suivant les régions :

  • effilé en longueur, de 10 à 14 cm de large pour 40 à 45 cm de long et 15 à 20 mm d'épaisseur, dans l'est de la France et les Alpes. On parle de tavaillon.
  • effilé en largeur, de 10 à 15 cm de large pour 42 cm de long pour les toitures et 33 cm de long pour les façades et 3 à 5 mm d'épaisseur, en Suisse. On parle de tavillon.

Ils sont en principe cloués avec ou sans pré percage, mais quelques fois posés comme en Franche-Comté. Ils sont, dans ce cas lestés avec de grosses pierres ou maintenus en place par des rondins. Dans les deux cas ils sont posés avec un recouvrement vertical et avec (ou sans) recouvrement latéral. On en compte généralement près de 100 unités au m² mais jusqu'à 250 unités (recouvrement latéral). À noter qu'en Norvège, le tavaillon local, plus épais, en bois rouge de Furu (Spon), est fixé à l'aide de chevilles de bois.

Ce sont des éléments traditionnels de couverture et de façade, en particulier dans le Jura, dans les Alpes, en Creuse, dans les Pyrénées, sur l'Île de la Réunion, en Corse ou en Suisse.

À épaisseur égale, les toitures en bois sont 10 fois plus isolantes que la tuile, 20 fois plus que l'ardoise, 35 fois plus que la pierre ; en effet, de tous les matériaux de toiture, le bois est de très loin, le meilleur isolant thermique. Or la méthode de pose des tavaillons par recouvrement (vertical, latéral ou les deux) crée des épaisseurs variant de 5 à 12 cm ... ce qui accroît d'autant le différentiel thermique avec les autres matériaux bien plus fins.

Le bois choisi dépend de la région : l'épicéa ou mélèze dans les zones montagneuses, chêne ou châtaignier en plaine. Les bardeaux réunionnais sont réalisé a partir de Tamarin des Hauts, Bois de benjoin, Bois de fer, camphrier, filao, de natte[1].

Leur durée de vie est variable et fonction :

  • de l'essence de bois utilisée,
  • du climat
  • de l'orientation de la toiture (idéalement nord-sud)
  • de la méthode de pose

Le pire ennemi du tavaillon est l'humidité et les champignons lignivores. Pour accroître la durée de vie du toit, on peut retourner les tavaillons. Cependant, on considère que les toitures réalisées en chêne ou châtaigner peuvent atteindre 100 ans, 80 ans pour le mélèze, 40 ans pour le pin et 25 ans pour l'épicéa ou le sapin.

 

Source Wikipédia

 

Un site riche de photos et d'explications ici

 

Moi ce que j'aime par dessus tout c'est toucher, caresser ces tavaillons polis par le temps et qui se jouent des lumières.

 

 

Réponse à la question d'hier, le toit de l'église du Bélieu est fait de tavaillons de chataignier !!!! du grand art !

Bon week end à tous

Voir les 13 commentaires - Ecrire un commentaire - Publié dans : Balade en Franche Comté
Retour à l'accueil
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés